Blog

Le secret des huiles essentielles…

« Chaque personne a son secret qu’elle porte enfermé en elle depuis la naissance,
secret de parfum de tilleul, de rose, de jasmin,
parfum secret toujours différent, toujours nouveau, unique, sans pareil. »

G. Sapienza

« L’approche holistique (qui vient du grec holos qui signifie totalité) considère que des rapports subtils unissent le microcosme, l’homme ou toute autre créature, et le macrocosme, la nature. Nous sommes constitués des mêmes atomes que ceux du biotope dans lequel nous évoluons ce qui, par principe, créé des liens avec notre environnement. Ainsi une entité exerce-t-elle une influence, même infime, sur l’existence des autres selon le principe de correspondances et d’affinités. C’est ce qu’enseignaient déjà au Vème s. avant notre ère Anaxagore avec son « tout est dans tout » et Aristote (IVème s. avant notre ère) selon ce qu’il appelle « homéoméries » (parties semblables), toute chose contenant les autres, bien que de manière imperceptible. Autrefois vision philosophique, l’holisme est une donnée désormais compatible avec la connaissance scientifique. »

P. Mailhebiau

Un bref article sur une autre approche de l’aromathérapie:

Les huiles essentielles et votre personnalité ?

et le site de P. Mailhebiau

www.aromanet.com

Quintessence

Les huiles essentielles ne sont pas que du parfum ou un arôme, ce sont des substances végétales qui contiennent des molécules biochimiques à la fois très actives et très odorantes.

Paracelse, médecin chirurgien et alchimiste influent du 15e siècle, disait que l’huile essentielle était l’âme de la plante. Il mentionnait aussi qu’elles sont de véritables quintessences. Ces essences sont le cinquième élément issues d’un processus d’extraction de distillation et il a fallu avoir les éléments terre, eau, air et feux afin de créer cette huile essentielle, cette quintessence magiquement subtile!

Le parfum de Dieu dans l’Antiquité

« On rôtit aussi des grains de blé (Lévitique 2.14) ; on y cuit des gâteaux sur lesquels on répand souvent de l’encens, etc. C’est à bon droit que la bible peut ainsi parler des « sacrifices de bonne odeur » pour les rituels parfaitement accomplis, agréés par Dieu (Nombres 28.2). »

L’article complet ici:

https://theconversation.com/le-parfum-de-dieu-dans-lantiquite-un-mystere-hors-de-portee-110629